Skip to main content

"Définir la guerre : regards croisés disciplinaires" - Paris, 11 janvier 2013

Le vendredi 11 janvier 2013 à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (12, place du Panthéon, salle 216), le Réseau thématique pluridisciplinaire d'Etudes sur la guerre organise sa journée d'études consacrée à "Définir la guerre : regards croisés disciplinaires".
L’objectif de la journée d’études du RTP est de croiser les points de vue des différentes disciplines sur l’objet « Guerre ». Dans les perspectives de chacune d’elles comment la guerre est-elle pensée, traitée et même définie ? L’accent sera mis aussi sur l’état des recherches les plus récentes.
Quatre tables rondes sont proposées, deux par demi-journée. Trois ou quatre chercheurs de disciplines différentes s’exprimeront sous la houlette d’un animateur.Ils parleront à partir de leur discipline et pourront également évoquer l’apport des autres disciplines sur le sujet qu’ils traitent.
 
Programme

9 h 00 - 09 h 15 : Ouverture par François-Joseph Ruggiu

Introduction par Robert Frank

Première demi-journée (9 h – 12 h 30) - La guerre : comment ?

09 h 15 - 10 h 15 : Première table ronde : L’état de guerre
Qu’est-ce qu’un « état de guerre » ? Qu’est-ce qu’implique juridiquement, politiquement, économiquement, socialement le passage de l’état de paix à l’état de guerre ? le passage de l’état de guerre à l’état de paix ? Quels sont les différents types d’entrées en guerre et de sorties de guerre ? Quelle est la spécificité d’un état de guerre en cas de guerre civile ?
Président : Maurice Vaïsse, historien
Participants : Michel Adam, anthropologue ; Alya Aglan, historienne ; Ninon Grangé, philosophe

10 h 15 - 10 h 45 : discussion

10 h 45 - 11 h 00 : pause

11 h 00 - 12 h 00 : 2e table ronde : Violences de guerre et droit de la guerre
La violence extrême ou le risque de violence extrême caractérise la guerre. Comment est-elle appréhendée par les différentes disciplines dans les recherches récentes ou moins récentes ? Quelle est la place du droit dans la conduite et le déroulement des conflits militaires (le jus in bello) ? Et comment est-il conçu, appliqué, géré, instrumentalisé ?
Présidente : Élisabeth Claverie, anthropologue
Participants : Bertrand Schnerb, historien médiéviste ; Fabrice Virgili, historien, Svetlana Zasova, juriste

12 h 00 - 12 h 30 : discussion

Seconde demi-journée (14 h 00 - 18 h 00) - La guerre : pour quoi et pourquoi ?

14 h 00 - 15 h 15 : 3e table ronde : Buts de guerre et causes sacrées
Quels sont les différents types de buts de guerre (intérêts, sécurité, idéologies, « causes sacrées ») ? Pourquoi et pour quoi accepte-t-on la mort ou le risque de mort pour les siens ? Ces buts, sont-ils les mêmes à la veille, au début, au cours, à l’issue du conflit ? Quels sont les liens – et y a-t-il des liens ? – entre le principe de causalité et celui de finalité dans le déclenchement et le déroulement de la guerre ? Comment les buts de guerre sont-ils explicités, expliqués, instrumentalisés par les décideurs ? Que nous apprennent les disciplines sur l’articulation entre les buts et la légitimité de la guerre ? et donc sur les processus de légitimation des conflits ?
Présidente : Isabelle Sourbès-Verger, géographe
Participants : Philippe Boulanger, géographe ; Thomas Lindemann, politologue, Hervé Drévillon, historien moderniste ; Michel Margairaz, historien de l’économie

15 h 15 - 15 h 45 : discussion

15 h 45 - 16 h 00 : pause

16 h 00 - 17 h 15 : 4e table ronde : La démocratie, les démocraties et la guerre
À quelles conditions les démocraties peuvent-elles aujourd’hui accepter le recours à la guerre ? au nom de quoi (c’est poser la question du jus ad bellum en ce début de XXIe siècle), pour quoi et pourquoi ? Y a-t-il une spécificité du comportement des démocraties dans la guerre ? Et le non respect par elles du jus in bello a-t-il des effets sur le plan militaire, politique, etc. ?
Président : Frédéric Charillon, politologue
Participants : François Cochet, historien ; Olivier Forcade, historien ; Jean-Vincent Holeindre, politologue ; Philippe Vial, historien

17 h 15 - 17 h 45 : discussion

17 h 45 : Conclusions par Hervé Drévillon

"Faire campagne pendant la Guerre de Trente Ans" - Conférence à l'Ecole militaire, 18 décembre 2012

Dans le cadre du cycle de conférences de l'IRSEM "Les Rendez-vous de l'histoire" qui a cette année pour thème : "Faire campagne, de l'Antiquité à nos jours", Hervé Drévillon, professeur à l'université Paris 1 et directeur du domaine "Histoire de la défense et de l'armement" à l'IRSEM, présentera une communication qui portera sur : "Faire campagne pendant la guerre de Trente Ans".
 
Cette séance aura lieu le mardi 18 décembre 2012 de 18h00 à 19h30 à l'Ecole militaire, à Paris. Elle se déroulera dans l'amphithéâtre Louis (et non dans l'amphithéâtre De Bourcet, comme c'est habituellement le cas). Une pièce d'identité est obligatoire pour pénétrer sur le site de l'Ecole militaire.

Conférence "Pour une lecture profane des conflits" - Sorbonne, 13 décembre 2012

Dans le cadre du cycle de conférences-débats "Méditerranée et monde arabe", une conférence est organisée le jeudi 13 décembre 2012 avec Georges Corm, Homme politique, historien, consultant économique, financier international et juriste libanais sur le thème "Pour une lecture profane des conflits. Sur le retour du religieux dans les conflits contemporains au Moyen-Orient". Ancien ministre des Finances (1998–2000) de la République libanaise, Georges Corm est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés à l’histoire du Proche-Orient, dont Pour une lecture profane des conflits et Le Proche-Orient éclaté (1956-2007).
 
Cette conférence aura lieu de 18h00 à 19h30 en salle Jean-Baptiste Duroselle, à la Sorbonne (galerie Dumas). L'entrée en est libre dans la limite des places disponibles.
 
Pour plus de renseignements : sorbonne-mediterranee[at]univ-paris1.fr

Colloque "Trente ans d'histoire des relations internationales" - 14 et 15 décembre 2012

Créée à la suite du Congrès international des sciences historiques de Bucarest, tenu en 1980, et rattachée elle-même au Comité international du même nom (CISH), la Commission d’histoire des relations internationales (CHRI) vient d’avoir trente ans.
Organisé à cette occasion par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne avec le concours du ministère des Affaires étrangères, le colloque propose de dresser le bilan de trois décennies de recherches historiques, de s’interroger sur la fécondité de l’histoire des relations internationales pour penser la complexité du monde actuel, et de suggérer quelques perspectives quant aux méthodes et objets d’une discipline qui s’est profondément renouvelée au contact des autres sciences sociales.
 
Le programme complet est disponible en cliquant ici.
 
Informations pratiques
 
La séance du 14 décembre 2012 se déroulera aux Archives diplomatiques, 3 rue Suzanne Masson à La Courneuve. Les inscriptions sont recommandées au 01 43 17 42 53 ou 01 43 17 42 46 ou par mail (lecture.archives[at]diplomatie.gouv.fr). Entrée sur le site uniquement sur présentation de papiers d’identité en cours de validité.
La séance du 15 décembre 2012 aura lieu en Salle n°1 du Centre Panthéon de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
 

Colloque "La bataille, du fait d'armes au combat idéologique" - Université Rennes 2 les 5 et 6 décembre 2012

Colloque international coorganisé par le CERHIO (UMR CNRS 6258) / Université Rennes 2 et le CREC/Ecoles saint-Cyr-Coëtquidan les 5 et 6 décembre 2012 de 09h00 à 18h00.
La première journée se tiendra Amphi E3 (bâtiment E) à l'Université Rennes 2, la deuxième Amphi A2 (bâtiment A) à l'université Rennes 2 au 2, place du recteur Le Moal, Rennes (métro: Villejean-Université).
 
Le programme est consultable ici en .pdf
 
Pour plus d'informations : christine.bechameil[at]univ-rennes2.fr ou 02.99.14.18.66

Sixièmes rencontres historiques de l'Ecole militaire - "L'Afrique du Nord dans la guerre. Retour sur 1942" - 17 novembre 2012

La direction de la mémoire, du patrimoine et des archives organise le 17 novembre prochain, à l'Ecole militaire (amphithéâtre Foch), avec le magazine L'Histoire, les sixièmes Rencontres historiques de l'Ecole militaire consacrées cette année à "L'Afrique du Nord dans la guerre. Retour sur 1942".
 
Deux tables rondes seront animées de 14h30 à 18h00 par Olivier Wieviorka, professeur à l'Ecole normale supérieure de Cachan, membre de l'Institut universitaire de France, et seront suivies de la projection du film "Bir Hakeim 1942, quand la France renaît" réalisé par Timothy Miller, une production de Fabienne Servan-Schreiber.
 
L'accès à l'école militaire étant réglementé, l'inscription est nécessaire auprès de la DMPA à l'adresse suivante : dmpa-colloque.historique[at]defense.gouv.fr ou par téléphone au 01.44.42.11.71. Accueil à partir de 14h00 sur le site.

Journée d'études : "Raoul Wallenberg : sauver les Juifs de Hongrie" - 16 novembre 2012 - Institut suédois

Le 9 juillet 1944, Raoul Wallenberg arrivait à Budapest. À la demande du War Refugee Board et grâce à son statut de premier secrétaire de la légation de Suède, il mena pendant six mois de nombreuses opérations de sauvetage des Juifs de la capitale hongroise. En janvier 1945, lors de l’arrivée de l’Armée rouge dans la ville, Raoul Wallenberg fut emmené par les Soviétiques. Ce ne fut qu’en 2000, soit après un demi-siècle de spéculations et de dénis, qu’il fut établi que Raoul Wallenberg était bien mort dans une prison soviétique en 1947. À l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Raoul Wallenberg, l’Ambassade de Suède à Paris et l’IRICE (Identités, relations internati onales et civilisations de l’Europe, UMR 8138) organisent une journée d’étude consacrée à l’histoire du diplomate suédois élevé à la dignité de juste parmi les Nations dès 1963. Comment expliquer sa mission? Comment et avec qui travailla-t-il à Budapest? Comme expliquer son arrestati on et sa disparition dans l’Union Soviétique de Staline? Que sait-t-on aujourd’hui de son sort?
 
Journée d'études à l'Institut suédois, 11 rue Payenne, 75003 Paris (métro Saint-Paul, ligne 1 ou Chemin Vert, ligne 8), le vendredi 16 novembre de 09h00 à 13h00.
Journée en traduction simultanée français-anglais
Participation gratuite mais inscription obligatoire le 9 novembre au plus tard : info[at]amb-suede.fr

 
Programme
09h00, Accueil des participants et allocutions de Gunnar Lund, ambassadeur de Suède, et d’Annie Millet, vice-présidente de l’Université de Paris 1
09h15- 11h00, Assassinat et sauvetage des Juifs de Hongrie
Séance présidée par Fabrice Virgili (IRICE) avec :
• Tal Bruttmann (IRICE), La déportati on des Juifs de Hongrie (15 mai-7 juillet 1944)
• Tim Cole (University of Bristol), Wallenberg in Budapest (July 1944 - January 1945)
• Paul Levine (Uppsala Universitet), The Mission of Raoul Wallenberg
11h15 – 13h00, Wallenberg,  un diplomate dans la tourmente
Séance présidée par Sabine Dullin (Université de Lille 3) avec :
• Bengt Jangfeldt (Académie royale des Sciences, Stockholm) Myth and Reality of Wallenberg
• Annett e Wieviorka (IRICE), L’acti on des organisati ons juives de Hongrie
• Leonid Terushkin (Holocaust Center – Moscou) et Vanessa Voisin (Centre d’études franco-russe de
Moscou), Twelve Years Later: Questi ons Still Unanswered

Sur les traces de la Grande Armée

Sous l'égide du Service Historique de la Défense, une série d'événements sont consacrés cette année à l'histoire de la Grande Armée et à l'épopée napoléonienne.

  • Une exposition, tout d'abord, Des aigles et des hommes. Sur les traces de la Grande Armée, se tient au Pavillon du Roi du Château de Vincennes du 29 novembre 2012 au 24 février 2013, du mardi au samedi de 10h à 17h et le dimanche de 10h à 18h.

 

  • Un cycle de conférences sur le thême "Au sources de l'Histoire de la Grande Armée", ensuite, à lieu dans les salons du Pavillon de la Reine. En voici le programme (séances à 18h30, entrée libre dans la limite des places disponibles) :

12 décembre 2012  
Le recrutement de la Grande Armée. Autour des opérations de recrutement et des registres   matricules, par Annie Crépin et Benoît Lagarde
19 décembre 2012     
La proclamation d'Austerlitz : propagande et légende impériale, par Jacques-Olivier Boudon et Bertrand Fonck
9 janvier 2013            
La symbolique impériale et son héritage, par Philippe Palasi et Georges Housset
16 janvier 2013
La campagne de Russie, par Marie-Pierre Rey
23 janvier 2013          
La correspondance de Napoléon, par François Houdecek et Michel Roucaud
30 janvier 2013          
Les campagnes de la Grande Armée dans l'œuvre des artistes du Dépôt de la Guerre, par Frédéric Lacaille et Mathilde Meyer-Pajou
6 février 2013             
Napoléon et l'Europe, par Émilie Robbe
 

  • Enfin, un colloque "Guerres et armées napoléoniennes : bilan d'un renouveau historiographique" aura lieu les 30 novembre et 1er décembre prochains, le 30/11 à l'Ecole militaire et le 1er décembre au pavillon de la Reine du château de Vincennes. Le programme complet du colloque est disponible en cliquant ici (pdf)

Inscription obligatoire pour les séances du 30 novembre au 01 41 93 21 18 ou par courriel : actionculturelle-dpv[at]shd.defense.gouv.fr

Séminaire "L'Europe des guerres lointaines" - Master "Histoire des sociétés occidentales contemporaines" - Université Paris 1

Le séminaire a lieu un mercredi sur deux de 18 à 20 heures en salle Picard 2 (Sorbonne, escalier C, 3e étage, couloir droite).
 
Présentation
 
Les « guerres lointaines » : on en parlait beaucoup dans l’Europe du xixe siècle. Elles avaient pour cadre les confins du continent, de la Grèce à la Crimée ; le Nouveau Monde des armées de Bolivar, des volontaires garibaldiens, de l’intervention française au Mexique ou de la guerre de Sécession ; l’immense Asie, depuis l’Afghanistan jusqu’à la Chine et à la guerre russo-japonaise ; l’Afrique mal connue, de l’expédition d’Alger à la guerre des Boers ; les mers du Sud, enfin, où un certain nombre de conflits accompagnèrent la désignation nouvelle de l’océan dit « Pacifique ».
Ces guerres n’étaient pas sans précédent – et d’autres survinrent, qui leur ressemblèrent, jusqu’à aujourd’hui. Reste que ce séminaire, crée en septembre 2011, interrogera en priorité le long xixe siècle, lequel, pour de nombreuses raisons (relative rareté des conflits sur les territoires de l’Europe de l’Ouest, définition d’une politique moderne de colonisation outre-mer, avènement des supports de la culture de masse), paraît en constituer un moment décisif, où l’écho de ces guerres en Europe fut proprement original, comme ses conditions.
De là, cet ensemble de questions : comment furent diffusés et reçus, à l’intérieur de l’Europe, les récits d’expériences de ceux qui vécurent ces conflits, soit comme soldats, soit comme témoins directs. Comment furent-ils représentés – par la presse, par l’image, par les objets, par le spectacle ? Que pouvons-nous savoir des modalités de leur appropriation par les différentes opinions publiques ? En quoi la circulation de tous ces discours et de toutes ces images, entre les différents pays d’Europe, participa-t-elle à sa manière de la définition d’une identité européenne ?
Telles sont donc les interrogations qui nous guideront cette année encore pour construire, au croisement de l’histoire des représentations et de celles des sensibilités, un objet d’histoire original : les « guerres lointaines » des Européens.
 
Programme
 
3 octobre : Séance introductive : définitions, problématiques, organisation de l’année.
 
24 octobre : Sur la guerre globale
Romain Bertrand (Sciences Po) : Les batailles de Batavia (1617-1629). Le champ de bataille comme « terrain intermédiaire » de la rencontre Europe-Asie.
Hervé Mazurel (Orléans) : Cultures combattantes et guerres lointaines. L’expérience philhellène de la guerre gréco-turque (1821-1830).
 
14 novembre : Les lointains guerriers (1) : l’Extrême-Orient
Victor Louzon (Sciences Po) : Les « Huns » et les fanatiques : civilisation, barbarie et décivilisation pendant la guerre des Boxers.
Ken Daimaru (Paris 10) : Production et réception des discours sur la « balle humanitaire » en Grande-Bretagne et au Japon au temps de la guerre russo-japonaise.
 
28 novembre : Les lointains guerriers (2) : le Nouveau Monde
Bernard Gainot (Paris 1) : Reconquérir Saint-Domingue. Politique et ressentiment.
Farid Ameur (Paris 1) : « Comme c’est étrange… » Regards français sur la guerre civile américaine (1861-1865).
 
12 décembre : Figures de soldats
Hervé Drévillon (Paris 1) : « Pour faire un zouave, prenez un Français » : le tempérament militaire national au révélateur du dépaysement.
Marius Loris (Paris 1) : Le para français : du baroudeur colonial au soldat menaçant (1945-1962).
 
16 janvier : Le discours sur les races
Vincent Joly (Rennes 2) : La notion de race dans les armées européennes avant 1914.
Stéphanie Soubrier (Paris 1) : Les Bambaras : du sauvage au soldat (1890-1914).
 
30 janvier : La circulation des hommes
Caroline Douki (Paris 8) : Un monde de guerriers déchus ou un espace de brassage à l’échelle méditerranéenne ? Les migrants à la Légion étrangère des années 1830 aux années 1930.
Géraud Letang (Sciences Po) : Partir, désobéir, combattre ? Circuler dans les territoires de la France libre (1940-1944).
 
13 février : Modèles littéraires
Sylvain Venayre (Paris 1) : Les figures de la guerre dans les Voyages extraordinaires de Jules Verne (1863-1905).
Matthieu Letourneux (Paris 10) : Les récits de guerre lointaine dans les collections populaires (1910-1930), entre sérialité et actualité.
 
27 février : Représentations théâtrales
Corinne Legoy (Orléans) : « Les plus beaux vers du monde ne pèseront pas un grain dans leurs destinées » : hésitations et malaise de la censure théâtrale sous la Restauration face à la guerre d’indépendance grecques.
Jean-Claude Yon (Versailles-Saint-Quentin) : « Guerriers » et « lauriers ». La guerre sur les scènes parisiennes au xixe siècle.
 
6 mars : La transmission de l’information
Nicolas Pitsos (Inalco) : « L’Orient-Express ne partira pas ce soir » : écho des guerres balkaniques de 1912-1913 dans la société française.
Joëlle Beurier (Paris 13) : La Grande Guerre des illustrés : exotisme, sensationnel, réalisme.
 
13 mars : Emotions coloniales
Marc Michel (Aix-en-Provence) : Sur le Nil, juin 1898, Marchand contre les Mahdistes : David contre Goliath ?
Lancelot Arzel (Sciences Po) : A contre-courant des « atrocités congolaises » : s’émouvoir du scandale colonial en Belgique et dans le monde au début du xxe siècle.
 
15 mai : bilan de l’année 2012-2013, perspectives de recherches.

Atelier pluridisciplinaire de recherche sur la Guerre et la Paix - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Programme 2012-2013

Séances le mercredi de 18h00 à 20h00, salle Perroy (Centre Sorbonne, 1 rue Victor Cousin, 75005 Paris).
 
L’atelier pluridisciplinaire de recherche est animé par de jeunes chercheurs issus de différentes disciplines des sciences humaines. Il est ouvert à tous les ceux que l’étude de la guerre et de la paix intéresse. Cet atelier a pour ambition de devenir un lieu de rencontre, de partage et d’échange entre chercheurs et d’amorcer une dynamique de travail collectif autour d’objets, d’intérêts et de problématiques communes et ainsi favoriser la réflexion épistémologique et interdisciplinaire des participants.
 
Cette année, l'atelier a choisi de se pencher sur le thème « devenir combattant ». Comme l'année précédente, l'atelier se veut un espace de recherche et d'échanges ouvert et pluridisciplinaire. A l'aide d'outils conceptuels et méthodologiques issus de champs disciplinaires variés, les intervenants seront invités à s'interroger sur la définition du combattant, sur ses motivations et les causes de son engagement, sur l’émergence de cultures, d’identités et de solidarités guerrières, mais aussi sur les façons de prépare le corps l'esprit à l’expérience du combat.
 
Le programme complet est disponible sur le site de l'Institut

Colloque Tchétchénie – Logiques de violence et expérience de guerre – 22 & 23 Octobre 2012

Paris, 22-23 octobre 2012

Auditorium de la BULAC, 65 rue des Grands Moulins, Paris 13 (M° Bibliothèque François Mitterrand)

Lundi 22 octobre

9h30-10h00 : Introduction, Aude Merlin, Université Libre de Bruxelles & Anne Le Huérou, Université Paris Ouest Nanterre la Défense /CERCEC  

10h00-13h00 Combattre et légitimer la guerre (Fighting and its Legitimization)
- Présidente : Françoise Daucé, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand / CERCEC
- Radan Haluzík, Center for Theoretical Study, Charles University, Prague, “In the beginning it was like a game of soldiers, unfortunately with tragic results…“ The Rationale of War Ecstasy, Aesthetics and Performativity
- Nataliya Danilova, University of Nottingham, The commemoration of the Russian military casualties killed in Chechnya
- Jean-François Ratelle, University of Ottawa / George Washington University, Pathways and Processes toward Violent Participation Following the End of the Counter-Terrorist Operation in Chechnya
- Cerwyn Moore, University of Birmingham, Assessing the Caucasus Emirate: An Analysis of the Regional Insurgency
-Discutante : Aglaya Snetkov, Senior Researcher, Center for Security Studies, ETH Zurich

13h00-14h30 : déjeuner

14h30-16h30 : Guerre et logiques de violence post-guerre  (Logics of War and Post-War Violence)
- Présidente : Vanessa Voisin, historienne, directrice adjointe du CEFR, Moscou
- Mikhail Roshin, Institut d’Orientalisme de l’Académie des sciences de Russie, Проблема похищения людей в годы между двумя чеченскими войнами (1997-1999) (Le problème des prises d’otage dans les années d’entre deux guerres (1997-1999)
- Emma Gilligan, Department of History, University of Connecticut (USA), Origin, meaning and military practice of the “zachistka”
- Anne Le Huérou, Université Paris Ouest Nanterre la Défense /CERCEC, Violences « post-conflit » en Tchétchénie : héritage de la guerre, structures répressives, perpétuation de l’impunité
- John Russell, University of Bradford (UK), Ramzan Kadyrov’s ‘illiberal peace’ in Chechnya
- Discutante : Katya Sokirianskaya, docteure en science politique, chercheuse pour l’International Crisis Group, Moscou.

19h30-21h30 Conférence publique : Tchétchénie : un après-guerre sans paix ?»
Maison des métallos (salle 2), 94 rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 PARIS
Avec la participation de Igor Kaliapine, (comité contre la torture, Joint mobile group en Tchétchénie), Tanya Lokshina (Human Rights Watch Russie), Jean Radvanyi (INALCO), Raissa Borschchigova (journal Dosh).
Conférence animée par Sacha Koulaeva (FIDH) avec la participation de l’ACAT, Amnesty International, FIDH et Human Rights Watch France.

Mardi 23 octobre

9h-11h00 : Quelles sources pour l’analyse des violences  en Tchétchénie ? (Analysing Violence : What Sources ?)
- Présidente : Raphaelle Branche, Université Paris I/ Centre d’Histoire sociale
- Ludmilla Polshikova,  « Stichting Russian Justice Initiative», Чечня как пространство насилия и его координаты в устных свидетельствах 2001-2003 гг (La Tchétchénie comme espace de violence et ses paramètres dans les témoignages oraux de 2001-2003)
- Zadora, Anna, Centre de la protection internationale (Strasbourg-Moscou), Evénements” tchétchènes : quelques réflexions à travers les requêtes des victimes devant la CEDH.
- Regamey, Amandine, Centre d’Etudes Franco-Russes, Moscou, Tchétchénie 1999-2001 la place des violences matérielles
- Discutante : Marielle Debos, Université Paris Ouest Nanterre la Défense/ISP

11h00-11h30 : pause café

11h30-13h30 : Guerre et bouleversements sociaux (Social Consequences of War)
- Président: Maïrbek Vatchagaev, historien.
- Tanya Lokshina, Senior Russia Researcher, Human Rights Watch, Moscou, Women in Chechnya
- Alice Sczepanikova, Goethe University, Frankfurt am Main, Living with the consequences of war: Chechen refugee women in Europe and the transformation of society
- Ieva Raubisko, University of Latvia, Processes of loss and moral transformation in post-war Chechnya
- Discutante : Nathalie Duclos, Université de Tours/ ISP

13h30-15h00 : déjeuner

15h00-17h00  La fabrique des identités par la guerre (Creating Identities Through the War)
- Président : Alain Blum, directeur du CERCEC (CNRS/EHESS)
- Aude Merlin, Université libre de Bruxelles/CEVIPOL, Usages politiques de l’histoire et de la mémoire : les enjeux paradoxaux de la fabrication d’une identité collective sélective dans la Tchétchénie de R. Kadyrov
- Walter Sperling, Ruhr University Bochum (Germany) Grozny as before the War: Remembrance and Reconciliation in ‘Virtual’ and ‘Real’ Post-Soviet Communities
- Pavel Polian, Institut de Géographie de l’Académie des Sciences, Moscou, Грозненская агломерация как жертва войны: о расселение Чечни в постсоветское время (L’agglomération de Grozny comme victime de la guerre : de l’habitat en Tchétchénie à l’époque post-soviétique)
- Discutante : Silvia Serrano, CERCEC (CNRS/EHESS)

17h00-17h30 : pause café

17h30-18h30 : Discussion finale animée par Jean Radvanyi, Professeur à l’INALCO.

Séminaire "Guerres et masculinité" - Programme

Lundi 14h-16h, 59-61 rue Pouchet 75017 Paris, salle 124

Ce séminaire est ouvert aux étudiants de Master 2 et de doctorat.
Il repose sur la lecture d’articles.
Merci de vous mettre en contact avec l'enseignante responsable du séminaire, Raphaëlle Branche, pour vous les procurer avant le début du cours : branche[at]univ-paris1.fr

8 octobre : Masculinités : un nouvel outil pour l’étude des guerres ?

22 octobre: Guerres, ordre social et genre

12 novembre : La place du corps

19 novembre : Buddies et hiérarchie

26 novembre : Violences et masculinités

3 décembre : Images de combattants

10 décembre : Écrire l’histoire des masculinités en guerre

Journée d'étude "De l'autorité aux opérations : Marine et transmission des ordres, de l'Ancien Régime à nos jours"

Journée d'études organisée le jeudi 4 octobre à Paris IV (Maison de la recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris. Métro Odéon ou Saint-Michel), de 09h00 à 16h30, par le GIS d'histoire maritime et la Fédération d'histoire et d'archéologie maritimes :

09h15 : Ouverture (Olivier Chaline et Tristan Lecoq)

09h30 : Le Retour d'expérience (contre-amiral Marc de Briançon)

10h00 : La transmission des ordres dans la marine royale à la fin du XVIIe siècle : éléments de réflexion à partir de l'exemple de quelques campagnes de Tourville (Caroline Le Mao)

11h00 : La transmission des ordres lors des opérations amphibies britanniques au XVIIIe siècle (Richard Harding)

11h45 : Des instructions mais pas d'ordres ? L'amiral de Grasse et la campagne de la Chesapeake, 1781 (Olivier Chaline

14h00 : La manoeuvre stratégique de Napoléon (1805) à l'épreuve des moyens de transmission de la marine impériale (Michèle Battesti)

14h45 : Une étude de cas de la transmission des ordres : Mers el-Kébir, 3 juillet 1940 (Tristan Lecoq)

15h30 : Le témoignage d'un ancien commandant de SNLE (vice-amiral 2S Lagane)

16h15 : Conclusions (Olivier Forcade)

Séminaire "La Grande Guerre aujourd’hui. Territoires, patrimoines, tourisme"

Pour sa troisième année consécutive, le séminaire « La Grande Guerre aujourd’hui. Territoires, Patrimoines, Tourisme » réunit chercheurs, doctorants et praticiens pour réfléchir aux modalités contemporaines de la patrimonialisation des traces de la Grande Guerre. Le contexte du centenaire conduira en particulier à se demander ce que signifie commémorer, conserver et transmettre dans des sociétés et des territoires intégrés à la mondialisation.
Le séminaire est ouvert à tous.

Horaires : 17h-19h30, tous les 1er mardis du mois (sauf congés de la zone C)
Lieu : DMPA, Ministère de la Défense, 37 rue de Bellechasse, 75007 PARIS (Salle Michelet, Métro Solférino)

Contacts
- hertzog.anne[at]wanadoo.fr
- nicolas.offenstadt[at]univ-paris1.fr

Programme

2 octobre 2013 : Grande Guerre et création artistique : art contemporain,  art des contemporains
Exposer les artistes de « 1917 » aujourd’hui. Retour sur l’exposition « 1917 » au Centre Pompidou Metz – Claire Garnier (Commissaire de l’exposition, Centre Pompidou Metz)
Art contemporain à l’Historial de la Grande Guerre : expositions et acquisitions d’hier à aujourd’hui – Marie Pascale Prévost-Bault (Conservateur en chef, Historial de Péronne)

6 novembre 2013 – (Bi)centenaire TABLE RONDE
Le Bicentenaire de la Révolution française (1989) peut-il être source d’enseignement pour le Centenaire de la Grande Guerre (2014-2018) ?
Avec :
- Antoine de Baecque (Université de Paris-Ouest Nanterre)
- Patrick Garcia (Université de Cergy-Pontoise, Institut d’Histoire du Temps Présent) -
- Jean-Noël Jeanneney (ancien Ministre et Président de la Mission du Bicentenaire)

4 décembre – Retours sur le 11 novembre : un patrimoine national ?
Le 11 novembre à Paris, entre patrimoine et innovation – Vincent Auzas (Institut d’Histoire du Temps Présent)
Retour sur le premier 11 novembre d’un quinquennat -  Nicolas Offenstadt (Université Paris 1-Sorbonne)

8 janvier 2013 – Chacun « sa » guerre ? Nations étrangères en terres françaises
Commémoration, identité et extraterritorialité: étude d'un groupe scolaire australien dans la Somme – Romain Fathi (University of Queensland, Brisbane, Australia)
Reconnecter les Etats-Unis avec l’héritage de leur Première Guerre Mondiale – Charles Hunt (Regional Director of World War I, American Battle Monuments Commission)

5 février 2013 - La grande Guerre à l'Ecole
La place de la Grande Guerre dans les programmes scolaires depuis les années 1920– Laurent Wirth (Inspecteur Général d’histoire)
La grande guerre dans les récits de lycéens - Laurence De Cock (Professeure au lycée de Nanterre)

 19 mars 2013  - Le paysage du champ de bataille : des approches renouvelées
Les polémopaysages : genèse, évolution, scenarii d’avenir – Jean-Pierre Husson (Pr Géographie Université de Nancy)
La Grande Guerre dans le massif des Vosges : de l'histoire à la valorisation des sites – Damien Parmentier (Conseil général des Vosges)

2 avril 2013 – Les écrivains, les historiens et l’invention d’un patrimoine immatériel de la Grande Guerre
Marc Bloch, guerrier et savant – Peter Schöttler (CNRS-Freie Universität, Berlin)
Valoriser la poésie de guerre : l’exemple de la Maison forestière Wilfred Owen à Ors (Nord) – Edouard Roose (Conseil régional du Nord Pas de Calais), Jacky Duminy (maire d’Ors)

14 mai 2013 : La Grande Guerre dans les médias historiques et touristiques
La place de la Grande guerre dans la presse consacrée aux conflits du XXe siècle : un tour d’horizon en France et à l’étranger - François Rousseau – Claude Gallex, journalistes indépendants (Association des journalistes du patrimoine)
Itinéraires et circuits sur les champs de bataille : parcours dans les guides touristiques de 1919 à nos jours - Anne Hertzog (Université de Cergy-Pontoise)

4 juin 2013 : La Grande Guerre des régions
Un patrimoine excentré? Traces monumentales de la Grande Guerre en Lot-et-Garonne -  Alexandre Lafon (CRID 14-18)
Mémoires affrontées : les mémoires de la Grande Guerre en Bretagne (1914-2013) – Yann Lagadec (Université de Rennes I)

Autour de "Sociétés en guerres" - 28 septembre 2012

Les Éditions de la MSH et les Éditions Antipodes (Lausanne) organisent une table ronde le 28 septembre à la Maison Suger autour de la parution de l'ouvrage collectif "Sociétés en guerres"

Table ronde animée par Hamit Bozarslan, (EHESS), avec :
- Yohan Ariffin, faculté des Sciences sociales et politiques de Lausanne
- Adam Baczko, doctorant EHESS
- Rémy Bazenguissa-Ganga, Lille I, CEA-EHESS
- Anne Bielman, faculté des lettres de Lausanne
- Marielle Debos, université Paris Ouest Nanterre La Défense
- Sami Makki, IEP Lille, CERAPS-Lille II

L'ouvrage : Sociétés en guerres

Édité par Rémy Bazenguissa-Ganga & Sami Makki

Cet ouvrage présente les résultats du programme de recherches pluridisciplinaires et comparatives, financé par l'ANR de 2007 à 2011, portant sur les «Transformations des guerres : dispositifs privés et publics de gestion de la violence».

Sociétés en guerres Ethnographies des mobilisations violentesL'originalité du livre consiste en ce qu'il privilégie les approches empiriques et qualitatives pour repenser, à partir des terrains précis, les mobilisations sociales dans le cadre des conflits violents. Au lieu de partir d'une définition a priori de la guerre, les auteurs ont privilégié de la définir de manière concrète en s'intéressant aux dynamiques d'ancrage des dispositifs guerriers qui émergent. Les enquêtes au Tchad, en Côte d'Ivoire, au Congo-Brazzaville et en Nouvelle-Calédonie, font écho à celles dans les bureaux du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés en Europe, en Amérique du Sud (Colombie), en Asie centrale (Afghanistan), et dans les centres de réflexion et de décision (Europe et Amérique du nord) pour interroger le dispositif sécuritaire renforcé face aux « nouvelles menaces transnationales » (frontière Mexique/États-Unis, glacis militarisé Europe/Maghreb).

Ces textes permettent de comprendre comment émergent, dans certains contextes, de véritables « dispositifs » sociopolitiques (bandes armées, milices villageoises, groupes vigilantistes, écuries politico-militaires, groupements néo-segmentaires, etc. mais aussi communautés de paix, organisations « humanitaires » de prise en charge des conséquences des conflits, etc.), capables de structurer des réseaux, des savoirs, des normes, des institutions autour de différents registres (guerriers, militaires, sécuritaires et humanitaires) et à différentes échelles du local (du terrain d'affrontement guerrier au terrain de la production des normes dans les officines gouvernementales ou internationales).

Éditions de la Maison des sciences de l'homme, Collection Colloquium, septembre 2012, 250 p.

"Traces de guerre, réparations et enjeux de réconciliation" - Programme 2012-2013 du séminaire

Les séances ont lieu le mercredi de 17h30 à 19h30 à la Sorbonne dans les locaux de l'Insitut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J. B. Dumas, escalier L, 1er étage, salle F 603.

Responsables du séminaire
Corine Defrance (corine.defrance[at]wanadoo.fr) ;
Maryvonne Le Puloch (lepuloch[at]univ-paris1.fr) ;
Fabrice Virgili (virgili[at]univ-paris1.fr) ;
Annette Wieviorka (annette.wieviorka[at]wanadoo.fr) ;
Eva Weil (psychanalyste, evaweil[at]gmail.com).
 
Présentation
Quelles sont les voies possibles d’un vivre ensemble, voire d’une réconciliation quand un conflit – guerre mondiale, guerre entre deux nations, guerre civile – a opposé dans la violence des populations ? Est-il possible de (re)vivre ensemble ? L’après génocide peut-il être assimilé à une sortie de guerre ? Quelles sont les traces laissées par ces conflits et comment peut-on les étudier ? Notre séminaire interroge les voies multiples qui ont été choisies au cours du xxe siècle pour mettre fin aux conflits et parfois assurer la réconciliation entre populations ou entre nations (procès ; réparations, « repentances »...). 
Ce séminaire poursuit donc une réflexion engagée en 2007, notamment lors des journées d’étude sur le massacre de Nankin et sur le futur du site d’Auschwitz (11 mai 2010) et le voyage à Berlin (juin 2009).
Il est interdisciplinaire (l’histoire, mais aussi l’anthropologie, la psychanalyse, le droit, la littérature, le cinéma…) ; il ambitionne la comparaison internationale. Trois notions essentielles sont utilisées, explicitées et approfondies. Celle de traces de guerre d’abord – traces psychiques comme traces matérielles ; traces individuelles qui s’expriment notamment dans la littérature ou traces collectives par exemple par le biais de la commémoration ou de l’érection de mémoriaux ; traces envisagées aussi du point de vue du genre. Cette notion a l’avantage de permettre le dépassement des historiographies actuelles, devenues maintenant classiques, de « la mémoire des guerres » et des « violences de guerre » ; celle de réparations, ensuite, terme dont nous continuerons à décliner la polysémie. Celle de réconciliation, avec ses connotations religieuses et morales, qui renvoie moins à un état qu’à l’ensemble du processus politique et sociétal de rapprochement.
Le séminaire 2011-2012, dont le programme sera mis en ligne en septembre 2011, prévoit notamment un voyage d’étude à Nuremberg. Il comportera, entre autres, une réflexion sur les procès et sur la fabrication des mémoriaux (analyse des différents acteurs transnationaux, questions d’architecture et de scénographie...).
 
Séances
19 septembre 2012
Corine Defrance, Fabrice Virgili, Eva Weil et Annette Wieviorka
Présentation du séminaire

26 septembre 2012
Joseph Zimet
La mission de commémoration du centenaire de la guerre de 14-18

10 octobre 2012
Esther Mujawayo
Les survivantes, Rwanda, 10 ans après

24 octobre 2012
Yannick Ripa
Traces des guerres mondiales en images dans les rapports de sexe (France)

7 novembre 2012
Marie-Pierre Rey
La campagne de Russie, les faits et la mémoire, approche croisée

16 novembre 2012 - Attention la séance spéciale (vendredi de 9h à 13h)
Séance exceptionnelle : Raoul Wallenberg (1912-2012), un Juste parmi les Nations

5 décembre 2012
Bénédicte Chéron
La figure du militaire dans le cinema de la guerre d’Algérie : appelés, engagés, victimes et bourreaux

9 janvier 2013
Première séance étudiant : présentation par les étudiants de leurs travaux

23 janvier 2013
Tal Bruttmann
BD et Shoah

6 février 2013
Fabrice Virgili
Les lieux japonais de la SGM (Yakusuni, WAM, Hiroshima)

20 février 2013
Claire Zalc, Nicolas Mariot et Ivan Jablonka
Nouvelles approches, nouvelles histoires de la déportation des Juifs de France

20 mars 2013
Éva Weil, avec éventuellement le centre Primo Levi
Contre transfert

27 mars 2013
Benedicte Savoy
Les guerres napoléoniennes au musée et mémoires européennes

3 avril 2013
Violaine Baraduc
Les femmes génocidaires au Rwanda

17 avril 2013 - Attention séance spéciale à 14h. Le séminaire aura lieu sur place avec visite de Drancy
Michel Laffitte, Annette Wieviorka, un responsable du mémorial, un responsable de la municipalité.
Le camp de Drancy : histoire et mémoire

24 avril  2013
Seconde séance étudiants et bilan

Journées d'études "Armées et révolutions arabes" - Rennes, 26 et 27 septembre 2012

Le pôle "Action globale et forces terrestres" du Centre de Recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC) organise, les 26 et 27 septembre 2012 au cercle La Monnaie à Rennes, deux journées d'études sous le thème "Armées et révolutions arabes."
 
Le programme de ces journées est disponible sur le site du CREC
 
En voici la présentation :
 
"Les révolutions et les soulèvements populaires en cours dans la majeure partie du monde arabe ont souligné le rôle crucial que pouvaient jouer les forces armées intérieures dans les bouleversements politiques qui affectent les Etats de la région. Même si la plupart de ces pays ont été (ou sont toujours) gouvernés par les forces armées ou par des dirigeants issus de cette institution, les changements actuels prennent place dans des contextes socio-historiques et des configurations politiques diverses. De fait, ces armées ont eu un rôle différent dans l'histoire de leur pays respectif et entretiennent des relations particulières avec l'Etat, ainsi qu'avec les sociétés dont elles émanent. Cela étant et en dépit de ce large éventail dans les relations armées-États, plusieurs questions communes émergent.

Qui sont ces forces armées ? Pourquoi ont-elles été longtemps considérées comme des acteurs mineurs ou au contraire majeurs sur les différentes scènes nationales ? Quels rôles peuvent jouer les militaires dans ce qui apparaît comme étant une nouvelle séquence politique pour les pays arabes ? Comment peuvent évoluer les relations armées-sociétés dans un proche avenir ? Ce rôle est d'autant plus crucial que ces pays sont confrontés à un paradoxe : s'il semble acquis que dans les transitions dites démocratiques, les militaires doivent être tenus éloignés de la vie politique intérieure, le chemin vers la transition ne saurait se dispenser d'une implication politique de ces mêmes forces armées.


Cette journée d'études consacrée aux « Armées et révolutions arabes » tentera de répondre à ces questions. Cette manifestation accueillera également des contributions se penchant sur le rôle des armées dans les transitions démocratiques qui ont touché l'Amérique latine, le Portugal, l'Espagne, l'Afrique subsaharienne ou les pays de l'ancien bloc soviétique et qui permettront d'éclairer cette séquence historique inédite."

Soutenance de thèse "Les prévôtés, de la 'drôle de guerre' à 'l’étrange défaite' (1939-1940)" - 29 juin 2012

Le 29 juin 2012, M. Aziz Saït soutiendra sa thèse de doctorat d'histoire portant sur "Les prévôtés, de la 'drôle de guerre' à 'l’étrange défaite' (1939-1940)", sous la direction du professeur Jean-Noël Luc (Université Paris-Sorbonne, Centre d'histoire du XIXe siècle (Paris 1/Paris IV).
Cette soutenance aura lieu Maison de la Recherche (28 rue Serpente, Paris VIe), à partir de 09h30 en salle D233 (2e étage gauche).
 
Jury

- Professeur François COCHET, Université Paul-Verlaine- Metz
- Professeur Jean-Noël LUC, Université Paris-Sorbonne
- Professeur Philippe NIVET, Université de Picardie-Jules-Verne
- Général (2S) Georges PHILIPPOT, docteur en histoire de l’Université Paul-Verlaine- Metz, président de la Société Nationale Histoire et Patrimoine de la Gendarmerie
- Lieutenant-colonel Rémy PORTE, HDR, chef du Bureau Recherches, Centre de doctrine et d’emploi des forces (CDEF)

Plan de la thèse

- L’institution prévôtale en 1939
- L'entrée des prévôtés dans la drôle de guerre
- Prosopographie d’une élite prevôtale
- Les gendarmes prévôtaux de 1939-1940 : profil de groupe
- Les prévôtés, un agent de régulation aux armées
- Les prévôtés, instrument de surveillance et auxiliaire de la lutte contre-espionnage
- Les prévôtés face au « complot communiste »
- La vie des prévôtaux en campagne
- Dix mois de police judiciaire à la prévôté (1939-1940)
- La prison prévôtale : un maillon de la chaîne pénale aux armées
- La prévôté, une police militaire d’exception
- Le gendarme prévôtal (1939-1940) et la bataille des représentations
- La prévôté en action (10 mai - début juin 1940)
- La prévôté submergée (3 juin- 4 juillet 1940)
- La démobilisation des prévôtés

Journée d'étude "Les penseurs de la stratégie (I)" - mardi 19 et mercredi 20 juin 2012

Les penseurs de la stratégie (I)
Journées d’étude du programme « Guerre et sociétés »

coordonné par Jean Baechler et Jean-Vincent Holeindre
mardi 19 et mercredi 20 juin 2012
Fondation Cino Del Duca
10, rue Alfred de Vigny – 75008 Paris

 
Inscriptions aux journées : jvholeindre[at]gmail.com
 
Mardi 19 juin
 
9h30 : Accueil des participants et ouverture des travaux
Président de séance : Jean Baechler (Paris-IV, Institut de France)
10h : Machiavel, par Pierre Manent (EHESS)
11h : Vauban, par Hervé Drévillon (Paris-I, IRSEM)
 
12h-14h. Déjeuner libre
Président de séance : Frédéric Ramel (Paris-XI-IRSEM)
14h : Folard, Maizeroy, Guibert : la pensée stratégique des Lumières, par Thierry Widemann (IRSEMM)
15h. Jomini, par Jean-Jacques Langendorf (ISC)
16h-16h30. Pause café
16h30 : Clausewitz, par Beatrice Heuser (Reading)
 
Mercredi 20 juin
 
9h30 : Accueil des participants et ouverture des travaux
Président de séance : Jean-Vincent Holeindre (Paris-II)
10h : Giulio Douhet et la pensée aérienne, par Jérôme de Lespinois (CESA)
11h. David Galula et la contre-insurrection : penseur militaire ou passeur stratégique ?, par Elie Tenenbaum (Sciences Po / IFRI)
 
12h-14h. Déjeuner libre
 
Président de séance : Thomas Lindemann (U. d’Artois, CERAPS)
14h : Raymond Aron, par Jean-Vincent Holeindre (Paris-II)
15h. La pensée militaire soviétique : Svetchin et Isserson, par Laurent Henninger (IRSEM)
16h-16h30. Pause café.
16h30 : Hervé Coutau-Bégarie, par Olivier Zajec (CEIS)
 
Cocktail final

Journée d'étude - "La coopération franco-allemande en matière de défense et de sécurité" - 31 mai 2012, Paris

"Ennemis héréditaires, amis pour toujours ? La coopération franco-allemande en matière de défense et de sécurité"
Journée d'étude le 31 mai 2012, Amphithéâtre Sabatier, Ecole militaire (1 place Joffre, 75007 Paris)
 
Présentation
Il n’y a pas si longtemps, les relations franco-allemandes évoquaient encore les rancoeurs, les affronts, la guerre. Les deux pays voisins se sont voués une haine réciproque et irrépressible qui les a menés, à trois reprises entre 1871 et 1945, à de sanglants affrontements. Ce souvenir est maintenant suffisamment distant pour que chacun puisse regarder en face son histoire et en proposer une rétrospective critique. Or, l’histoire de ces deux pays est faite de tant de parallélismes et d’interactions qu’il n’est en rien paradoxal de les voir aujourd’hui à l’origine de la construction européenne. Faire de l’Ennemi d’hier l’Allié de demain : pari gagné pour une Europe plus que jamais garante de la paix. Aujourd’hui, on parle volontiers du tandem franco-allemand comme de l’un des moteurs de l’Europe et ce malgré les divergences qui subsistent dans leurs intérêts respectifs, notamment sur le plan de la défense et de la sécurité.
La journée d’études se propose de réunir des historiens universitaires et militaires français et allemands ainsi que des spécialistes civils et militaires de la coopération franco-allemande en matière de sécurité et de défense.
Une première demi-journée sera consacrée aux éléments historiques et culturels. Sur une période s’étendant de 1806, chute du Saint- Empire, à 1945, chute du IIIe Reich, il s’agira de repérer les antagonismes majeurs et les ébauches de rapprochement. Le champ de recherche ne sera pas limité, mais l’accent sera mis sur les aspects militaires de la question. Les représentations mentales et les perceptions croisées de l’ennemi, les idéologies étatiques et les comportements sociaux pourront être objet d’étude.
La deuxième partie se déclinera autour de la coopération franco-allemande en matière de défense et de sécurité à partir de 1945. Nous partirons de l’élaboration difficile d’un accord pour la CED puis de son rejet et placerons le rapprochement spectaculaire des politiques des deux pays au centre de nos réflexions. Les efforts pour une convergence franco-allemande en matière de défense, malgré des intérêts antagonistes, avec ses réussites et échecs, se sont manifestés sous diverses formes. La coopération, marquée par la guerre froide, se transformera en une alliance véritablement européenne. Quelles sont les perspectives de cette alliance ? La France et l’Allemagne seront-elles le moteur d’une PESD efficiente ? Le binôme franco-allemand en sera-t-il le fer de lance ? Là aussi, le point de vue des militaires sera privilégié.
 
Programme
09 h 30 : Introduction.
Magdalena Revue, Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC Saint-Cyr).

Ennemis héréditaires : images de l’ennemi et tentatives de rapprochement.
Présidence : Steffen Prauser, (Deutsches Historisches Institut Paris (DHI Paris).

09 h 40 : Le « partisan » et la petite guerre – indicateurs pour la « nationalisation » des forces armées au seuil du XIXe siècle ?
Martin Rink, Militärgeschichtliches Forschungsamt (MGFA Potsdam).
10 h 00 : Le patriotisme au risque du contact avec l’ennemi ou comment un Saint-Cyrien relate son voyage en Allemagne en 1883.
Élisabeth Étienne, Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC Saint-Cyr).
10 h 20 : Discussion - pause café.
11 h 00 : Le colonel Dupont, chef du bureau renseignements au Grand Quartier Général français entre 1914 et 1917.
Lieutenant-Colonel Olivier Lahaie, Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC Saint-Cyr).
11 h 20 : Autour de Locarno : contexte, moteurs et limites du rapprochement franco-allemand.
Frédéric Dessberg, Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC Saint-Cyr).
11 h 40 : L’Europe contre la guerre : les projets européens des résistances françaises et allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale.
Professeur Alya Aglan, Paris I Panthéon-Sorbonne.
12 h 00 : Discussion.
12 h 30 : Déjeuner.

Alliance durable, alliance pour demain ?
Présidence : Professeur Elisabeth du Réau, Université Paris III Sorbonne Nouvelle.

14 h 00 : Une armée européenne : un rêve impossible ? Le cas de la CED.
Magdalena Revue, Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC Saint-Cyr).
14 h 20 : Du Rapprochement vers l’Intégration : les militaires à la pointe de la construction d’une Europe de Paix durable .
Colonel Manfred Rosenberger, ancien directeur de l’élément Défense au sein du secrétariat permanent du conseil Franco-Allemand de Défense.
14 h 40 : Le Corps européen, une réussite née d’un quiproquo.
Général de division (2S) Philippe Sommaire, ancien commandant en second du Corps européen.
15 h 00 : Discussion - pause café.
15 h 30 : État de lieu et perspectives de la coopération franco-allemande dans le domaine de la formation dans les deux forces armées.
Général Georg Nachtsheim, général adjoint au corps de réaction rapide (CRR France).
15 h 50 : L’école franco-allemande de formation des équipages TIGRE / EFA.
Colonel Horstmar Bussiek, ancien commandant de l’école franco-allemande du Tigre.
16 h 10 : France-Allemagne : Perspectives croisées sur la politique de sécurité et de défense du voisin à l’aube du 21e siècle.
Julien Thorel, Université Cergy-Pontoise.
16 h 30 : Discussion - conclusion.

Syndicate content